Le barreau routier du sud d’Amiens est ouvert à la circulation

[Engagement tenu] Ce matin, nous avons officiellement ouvert à la circulation le barreau routier d’accès au CHU par le giratoire de la rocade. Un engagement pris pendant les élections départementales (engagement n°7) qui va changer la vie des automobilistes mais aussi des riverains d’Amiens sud.

Dans le détail, le barreau concourt à 3 objectifs principaux :

  • Assurer une desserte directe jusqu’à l’entrée du nouveau CHU (avec également une double-file au niveau des giratoire pour faciliter le passage des véhicules d’urgence) ;
  • Accompagner le développement des ZAC Paul Claudel et Intercampus ;
  • Permettre un accès au nouveau parking relais et au centre hospitalier Philippe Pinel.

Les études de circulation prévoient le passage de 10 à 12 000 véhicules par jour. Le barreau va devenir l’un des axes départementaux les plus utilisés dans la Somme. 45 000 personnes se déplacent dans la cadran sud-ouest de l’agglomération amiénoise. L’avenue du golf et l’avenue du 14 juillet, notamment, connaissaient de véritables difficultés aux heures de pointe, avec de nombreux embouteillages. L’impact du barreau devrait être ressenti dès les prochains jours.


Outre l’accès au CHU, le barreau routier accompagne le développement des ZAC Paul Claudel et Intercampus, qui impactent fortement le sud d’Amiens
Parking relais de l’avenue Albert Camus

Un projet en deux parties, fruit d’un partenariat entre le Département et Amiens Métropole

Le projet est composé de deux parties. La Département a réalisé la liaison de la rocade à l’avenue Paul Claudel (en rouge sur le plan ci-dessous) ; Amiens Métropole assurera l’accès à l’entrée principale du CHU (en violet).

Le projet, qui faisait la quasi-unanimité, est le fruit d’un partenariat de bon sens entre le Conseil départemental de la Somme (qui était maître d’ouvrage) et Amiens Métropole. Il a reçu le soutien du Conseil régional Hauts-de-France. Le financement du projet, pour un total de 4,8 millions d’euros, a été assuré pour un tiers par chaque collectivité (1,37 M€ chacun pour Amiens Métropole et la Région ; 2,06 M€ pour le Département qui a également pris en charge la TVA).

Giratoire entre le barreau sud et le barreau nord, au niveau de l’avenue Albert Camus

Des innovations techniques

Les travaux, débutés en octobre 2018 et favorisés par une météo clémente en novembre et décembre se sont déroulés de manière idéale. Ils n’ont subit aucun retard ni surcoût.

À noter que le chantier a été l’occasion de plusieurs innovations techniques. Notamment, 6,4 kilomètres de bordures en béton ont été coulées en place grâce à une nouvelle machine, évitant d’avoir à les transporter. C’est la première fois qu’un linéaire de bordures coulées en place aussi important est réalisé dans la Somme.

Un itinéraire entièrement cyclable

Une attention particulière a été portée aux piétons et aux cyclistes. Du giratoire de l’avenue Paul Claudel jusqu’au giratoire central, une allée mixte piétons-cyclistes a été mise en place (voir photo ci-dessous). Les vélos pourront rejoindre le giratoire central et la voie Pinel par le chemin des Foulons.

Dans le futur, des liaisons seront possibles avec l’avenue Albert Camus et l’avenue Paul Claudel.

Allée mixte piétons/vélos

Un traitement paysager soigné

Un soin particulier a été porté au traitement paysager du projet. C’était un souhait fort du Département. Bien qu’il s’agisse d’une route départementale (la RD 210), elle a été traitée comme une artère urbaine. Un îlot central a été créé, qui sera engazonné. 150 arbres d’alignement ont été plantés et 125 arbres fruitiers suivront. 2000 m2 de boisement sont prévus, ainsi que 300 m2 de graminées.

À noter, enfin, que l’amont de la voie offre un magnifique point de vue sur la ville d’Amiens, la Cathédrale et la Tour Perret.

Vue panoramique sur Amiens

Je tiens à remercier personnellement les services techniques du Conseil départemental de la Somme ainsi que les entreprises prestataires pour leur engagement et leur professionnalisme (COLAS et SGREG pour la voirie et TERSPECTIVE pour les espaces verts).